Il y a 3 millions d’années nos ancêtres utilisaient l’obsidienne, puis vers 500.000 ans av. J.C. le silex taillé.

Depuis les hommes ont amélioré matériaux et techniques de fabrication, la région de Thiers où la tradition coutelière a su exporter son art depuis plus de 5 siècles en est l’exemple

De nos jours le savoir faire doit s’adapter à l’évolution et développer intelligence et créativité pour répondre aux besoins du nouveau millénaire.

La coutellerie COUPERIER COURSOLLE, tout en continuant à perpétuer les traditions du travail de qualité avec le couteau fermant “le Coursolle”, s’applique dans la création de nouvelles lignes donnant naissance au Thiers, au Laguiole, au Phénix et du célèbre queue de poisson ” Lacroix-Mary”.

Nos couteaux Tradition

Le coursolle

  • Sujets en laiton estampés à froid et revêtus d’un vernis haute résistance
  • Lame en acier au carbonne, estampée à chaud et trempée à l’eau
  • Marque “Clé à Molette”, frappée à l’estampage, certifiant l’origine du couteau
  • Le Coursolle reconnaissable par sa personnalité, la richesse de ses décors est une pièce traditionnelle très recherchée…
  • Manche en corne

L’évolution de Couperier Coursolle

Le Thiers Coursolle

Né de la réflexion commune de toute la profession, le Thiers porte le nom de sa ville Capitale de la Coutellerie

Manches laitons

Chasseur relief

Thiers laiton uni

Manches bois

Bois d’Amourette plein manche

manche résine avec incrustation

Bois de platane ressort guilloché

Le Thiers de table

Pour des tables chaleureuses et contemporaines, Couperier-Coursolle a créé cette déclinaison de Thiers dont les manches de synthèse résitent parfaitement aux agressions du lave-vaisselle tout en apportant une touche de couleur profonde dont la palette s’adaptera à tous les décors de la table.

Nacrés ou Pijaces

Le Laguiole Coursolle

Laguiole platines en laiton

Habile mélange de deux courants traditionnels, ce nouveau couteau est le résultat de l’heureux mariage entre un “Laguiole” (par l’ergonomie de sa silhouette) et un “Coursolle (par ses platines en laiton satinées ou brillantes).

Trois types de marquage

Fraise (profond)

Diamant (précis)

Frappe (économique)

Le Phénix

Le couteau que vous avez entre les mains est né du métal brut. Il est devenu, au terme de longues heures de travail, une pièce aboutie.

La production est strictement arisanale et garantit d’excellentes finitions tout au long des diverses opérations(émouture, traitement thermique, lustrage,etc…).

Sa fabrication a nécessité plus de cent opérations différentes, qui ont été réalisées par des ouvriers spécialisés.

La finition et le contrôle sont entièrement effectués à la main.

C’est le coutelier d’art, Yves BELLEIN, qui a conçu le Phénix. Il lui a apporté la technicité et le sens esthétique dont il fait preuve habituellement pour des pièces uniques qu’il crée à l’intention des collectionneurs avertis.

Le Phénix est décliné dans de nombreuses versions multifonctions et en une ou deux pièces. Son manche s’habille de bois, de métal ou de corne selon les modèles. Toutes les pièces qui le composent sont en acier inoxydable.